EN ATTENDANT...

Publié le par Alain

blouse.jpg

L'impromptu de l'été!

 

           Départ inattendu! Vacances imprévues et immédiates en Cornouailles! Magnifique région du sud britannique ou histoire et légende se côtoient à chaque paysage!

           Pas un seul petit morceau d'ordinateur à me mettre sous les doigts! En attendant que je reprenne le cours de mes souvenirs je remets en ligne ce petit texte que certains ont peut-être déjà vu sur ''Farfeluseries''.

           Après tout rappeler à notre République, inauguratrice de mosquée, qu'elle n'est pas seulement démocratique mais aussi laïque n'est pas inutile.

 

 

            Phrase prononcée par un certain Nicolas S... dit Mini-Minus 1er, président, entre autres activités, d'une République démocratique et laïque qui aurait déclaré: « ...l'instituteur ne vaudra jamais le curé, le rabbin où l'imam! ».

            Ensuite deux oiselles pomponnées, ''Pas institutrices... professeurs des     écoles!'' qui à la question: « Quel Empereur a franchi le Rubicon? » s'écrièrent d'une même voix: « Napoléon! »...

 

            Alors j'ai revu mon vieux maître, le brave Monsieur Meynard avec son béret et sa blouse grise, se frottant les yeux de son pouce et de son index, dans ce geste las qu'il avait si l'un de ses élèves lui faisait une réponse particulièrement stupide.

            Il commençait ses cours en notant au tableau, dans une belle écriture ronde, le jour et la date! « Prenez vos cahiers de morale! ». Et d'Instruction Civique! Nous apprenions l'honnêteté, le respect de l'autre, de la parole donnée, la beauté du travail bien fait, mais aussi la République, la démocratie, la laïcité, nos droits... et surtout nos devoirs. Nous y apprenions la France, la Patrie...

              C'était l'école communale, ''la primaire'', la classe du Certif' avec la règle de trois et les intérêts composés, (Enseignés aujourd'hui, ils ruineraient les escrocs des prêts revolving!) Les dictées de textes de V.Hugo où de Zola. L'Histoire: de la Révolution de 89 à la fin de la Grande Guerre de 14-18, en passant par les Trois Glorieuses et la séparation de l'Eglise et de l'Etat!

               Monsieur Meynard, ''le père La Meyne''! Ce n'était pas un curé gallican, ce n'était pas un rabbin kasher, ce n'était pas un imam mahométisé! Ce n'était pas une oiselle, pomponnée et ignare, ''Professeur des Ecoles''! C'était plus, beaucoup plus: un brave homme dévoué aux gamins turbulents qui lui étaient confiés. Son but étant d'en faire, si possible, des hommes!

               Il ne venait pas d'un I.U.F.M pompeux! Il sortait de l'Ecole Normale de la République! Monsieur Meynard, mon maître! UN INSTITUTEUR LAÏC!

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kéline 03/02/2011 10:56


bonjour,
ca fait plaisir de voir qu'on a tous été élevé à la même enseigne; hé oui, malheureusement les temps ont changé et c'est bien dommage car personne n'a l'air de savoir où on va mais que ce n'est pas
rassurant.
bonne journée


jean 11/12/2010 08:31


Gloups....
Nous voilà revenu en arrière !!!
Bon week-end j'espère la santé meilleur pour toi...
jean


pichenette 09/12/2010 23:00


Aujourd'hui encore, des élèves ont la chance de rencontrer des pédagogues passionnés et consciencieux, quelque soit leur nom! Et ces rencontres marquent les jeunes esprits, tant mieux!


MAITE51 26/09/2010 10:30


Bonjour
J'arrive de chez Charles ... Je reviendrai continuer ma lecture... Jolies histoires ! Bon dimanche A bientôt


Mifa 19/09/2010 13:24


Une gentille "professeure (arrrggh !!!) des écoles, à qui je demandais si elle avait "Pinocchio", m'a gentiment prêté son Walt disney. J'en suis restée baba.
A part ça, ma mère était institutrice, et elle a toujours su qui était l'auteur du livre. Et toutes les "récitations" qu'elle faisait apprendre à ses élèves, et elle disait pourquoi elle le
faisait. Et elle grognait quand je faisais plus de 3 fautes à la dictée de Pivot...
Oui, l'orthographe, la morale et l'instruction civique se sont fait la malle, c'était trop dangereux, faut croire.