L'HERITIER 2!

Publié le par Alain

Un coup de vieux!

                 « Assieds-toi l'apprenti! » Ces quelques mots de Papé Blanchot me renvoient douze ans en arrière! C'est lui qui m'avait reçu et ainsi baptisé quand j'ai débuté chez ''le Vieux''! Il n'a pas changé: crâne rose, couronne de cheveux blancs, derrière les lorgnons à l'ancienne, portés sur le bout du nez, des yeux bleus pétillants de malice!

                Robion à deux pas de Cavaillon. Chaude matinée de printemps, table de jardin à l'ombre d'un vieux figuier, devant un café odorant: « Qu'est-ce qui t'amène? » En quelques mots je lui explique la situation. Il écoute sans m'interrompre. « L'apprenti, fais voir ces papiers. »

               Quelques instants de lecture: « J'ai besoin de temps pour étudier ça! Repasse dans la soirée... Viens souper, nous parlerons! ». Et les conclusions sont nettes: « Cette société est fichue si rien ne change. L'affreteur s'y débarrasse des voyages sans intérêts et les chauffeurs en font le moins possible! » Une pause: « Tu veux vraiment les aider? » « Si je peux! »....

               « Maman! Maman! Il est revenu... Je le savais... » « Jean-Michel! Cesse de crier. Entrez... » Interrogations dans les yeux de la mère, anxiété dans ceux du gamin: « On va pas fermer?, M'sieu, on va pas fermer? » « On peut l'éviter mais, Madame, cela dépend de vous! » « Que devrai-je faire? » « D'après mon ami il faut que vous quittiez votre affreteur actuel et que vous donniez congé à vos chauffeurs! Tout mettre à plat pour mieux repartir... »

               Elle secoue la tête: « Je ne saurai pas faire ça, je manque d'expérience! » Un silence: « Vous sauriez remercier les chauffeurs? » « Mais je n'ai aucun pouvoir pour cela... » « Je peux vous nommer directeur d'exploitation! » « Pas directeur! La directrice, la patronne ici c'est vous. » « Chargé de transports? » « Dites oui M'sieu, dites oui! » Le regard de Jean-Michel est plein d'espoir. Bon! Il semble que je viens de trouver un boulot. Incertain soit! Mais un boulot tout de même...

              « Je n'agirai pas ainsi s'il n'y avait la recommandation de Monsieur Blanchot. Mettez votre société en état de marche, je vous fournirai des voyages et leurs retours! Du sérieux! » Notre futur affreteur me serre la main: « Ne tardez pas! ».

               « Donc trois ''Berliet'', deux savoyardes,* un plateau, un fourgon... ». Quinze jours après. Mercredi après-mid, je fais le point avec ma patronne: « Les deux nouveaux chauffeurs? » « Jeunes, habitants pas très loin, à première vue corrects! » « On verra à l'usage! » Je me tourne vers Jean-Michel: « Jeune homme nous allons pouvoir repartir! » « Tu vois maman! Je savais qu'il le ferait! Dites m'sieu, je peux vous appeler Alain? » « Pas de problèmes garçon! »

                 Vendredi quinze heures. Je fais connaissance avec les chauffeurs engagés par la patronne. René, un grand gaillard, mince comme un fil de fer, adroit et rapide. Williams, trapu, costaud, taciturne et réfléchi. Ils ont à peine vingt-trois ans, mais ont déjà une expérience de la route.

                   Nous faisons le tour des bahuts, chacun choisi le sien, coté remorque je me réserve le plateau! « Les gars je vous attends lundi à huit heures, je vous donnerai votre planning pour la semaine! » « Oui monsieur! » « Non, pas de ''monsieur''. Je ne suis qu'un chauffeur comme vous! » « Entendu chef! A lundi... ».

                   ''Monsieur!'' ''Chef!'' Nom d'un chien, je viens brusquement de prendre un sacré coup de vieux. Il me semble que c'était hier que je m'adressais ainsi à mes aînés! Sans s'en apercevoir ils viennent de me rappeler que j'ai trente-cinq ans!

                     Le lendemain avant d'aller préparer les documents de transport je fais un arrêt dans une imprimerie! Je viens y prendre une commande faites il y a cinq jours, un lot de dix grands autocollants, lettres bleues sur fond gris. Bien sur, mes petites économies s'en trouvent un peu écornées, mais c'est pour la bonne cause. Je passe une partie de la matinée à les poser sur les portières.

                    Je suis en train de finir la paperasserie avec ma patronne quand un cri retentit dans la cour: « Merci! Alain merci... ». De la porte du bureau, brutalement ouverte, une bombe humaine se précipite sur moi pour une accolade un brin brusque!

« Maman, tu as vu? Tu as vu?... » Il me lâche, tire sa mère dehors: « Regarde, regarde! ». Sur les camions les adhésifs proclament en gros caractères: ''Transports Internationaux – Jean-Michel Colombe''...

                     Depuis six mois les bahuts tournent à fond. Mes collègues sont à la hauteur et notre affreteur est satisfait. Il faudra encore du travail avant de dégager de vrais bénéfices, toutefois les comptes sont satisfaisants!

                     Un vendredi soir Madame Colombe me tend un télex: « Avete la gioia di annunciargli la nascita di la mia figlia Anna-Maria. Battesimo domenica. Noi l'aspettiamo! Paolo. » (J'ai la joie de t'annoncer la naissance de ma fille Anna-Maria. Baptême dimanche. Nous t'attendons!) Je ne peut laisser passer cette cérémonie! Direction Milan. Court intermède de joie et de bonheur ou je retrouve un monde d'amitié!

                     Après ce moment de plaisir, le travail reprend dans la bonne humeur. Le printemps revient. Un samedi matin je ''paperasse'' quand un homme entre dans le bureau: « Salut l'apprenti!... » « Papé Blanchot! Voilà une visite inattendue et sympathique. » « Et toi tu es encore au boulot! » « Il faut bien, vous savez ce que c'est Papé! » Par la porte ouverte je lui montre Jean-Michel qui joue au ballon dans la cour: « Surtout quand on bosse pour un ''Petit Patron''! ».


*Savoyarde: Semi-remorque baché à ridelles entièrement démontable.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Caro 11/07/2009 23:28

Pfff, tu as réussi à m'arracher des larmes de bonheur.Tu es un routier au coeur tout mou qui n'hésite pas devant une situation si complexe que celle que tu as vécue!
Biz du Pays d'Auge
Caro

Laurence 09/02/2009 10:58

J'adore tes histoires, cher Alain ! Bisous

senioretjournal 06/02/2009 14:52

Bonjour Alain, Bonjour l'Ami,
Je m'en doutais! oui je vous imagine entrepreneur d'esprit, organisateur, sachant diriger, aussi dur avec vous-même qu'avec les autres.
Vous aviez un "petit/jeune patron" qui l'est devenu grâce à vous! si les dirigeants des grands groupes possèdaient votre âme, la vie serait plus belle pour tout le monde!
Douce journée
Pensées les plus amicalement choisies
Bernadette

minimifa 05/02/2009 13:37

Bonjour, t'ai contacté...

Deborah 04/02/2009 09:10

La prophétie que tu mentionnes (ref ton com) est bien effrayante...
BIses Alain
Deborah