MAMAN LES P'TITS BATEAUX!

Publié le par Alain

Comment naît une vocation!


              Quand, venant de Corse, les vingt-trois ans d'Ange Celesti (Si! si! C'est vraiment son nom!) débarquèrent sur l'aéroport de Nice, il n'y avait aucun signe d'anxiété chez le jeune insulaire!

              Après un service militaire effectué comme chauffeur de camion, sur une base en Allemagne et six mois de vacances (pour récupérer!) passés dans son charmant village entre mer et montagne, il regagnait le continent avec l'intention bien arrêtée de devenir routier!

              Dieppe! Dix-huit heures. Janvier humide et venteux... « Je vais enfin prendre un vrai bateau! » Debout à coté de son camion, Ange souriant, lève les yeux vers le ferry qui doit nous emmener à Newhaven.

              Nous avions fait connaissance chez un client à Mantova ou je l'avais aidé à remplir des papiers! Je viens de le retrouver sur l'aire d'embarquement pour l'Angleterre.

« Toi, un Corse, tu n'as jamais pris un bateau? » J'ai été surpris par sa remarque: « Des petites barques pour la pêche, oui! Mais pour aller sur le continent j'ai toujours utilisé l'avion! » (Ah! Les temps modernes!) Un silence: « Combien de temps pour traverser? » « Quatre heures environ! »

             Le personnel du bord nous fait signe. Un à un les semis pénètrent dans l'immense cale, véritable ventre du navire! Les arrimeurs s'activent, les châssis sont saisis, les chaînes tendues! Les chauffeurs gagnent le pont. En suivant la coursive ou s'ouvre la salle à manger, Ange admire sans retenue les boiseries cirées et les cuivres luisants! A l'apéritif (offert par la Compagnie!) nous discutons avec le steward, d'après lui la traversée risque d'être agitée...

            J'ai la chance de n'être pas trop sensible au mal de mer mais si on n'est pas marin: prudence! Quand l'horizon bascule, l'estomac a parfois du mal à rester en place.

Je préviens Ange: « Prend un bon repas! Vaut mieux avoir quelque chose à restituer en cas de besoin! ».

            Il fait presque nuit quand nous quittons le quai du Québec. Le ferry suit le chenal vers la mer, accoudés à la rambarde nous côtoyons les maisons à la hauteur du troisième étage! Eole et Neptune ont décidés de jouer avec la Manche. A peine passé la jetée la danse commence... L'étrave se soulève, retombe, se soulève encore... en deux secondes les embruns et le vent nous transforment en éponges! Notre équilibre devient précaire. Il est temps de rejoindre notre cabine!

            Nous y arrivons après avoir mesuré plusieurs fois, (brutalement et involontairement!) la largeur de la coursive. Le troisième occupant des lieux est déjà là, cramponné à sa couchette! Son visage présente une couleur verdâtre fort intéressante qui semble déteindre sur Ange. Action immédiate: j'ouvre le casier le plus proche, en tire une poignée de ce que la Marine dans son langage direct appelle des ''sacs à vomir''! Un pour chacun.

            « Il faut nous allonger! Couché on supporte mieux! ». Plus facile à dire qu'à faire avec des couchettes dont les mouvements brusques et désordonnés ressemblent à ceux d'un mustang désireux de se débarrasser de son cavalier! On s'accroche comme on peut!

            Bousculé, nauséeux sans être vraiment malade, dans un demi sommeil j'entends mes voisins appeler (comme le disait Robert Lamoureux!) leur copain Hugue..ees! « Seigneur! Pitié! Je veux mourirrr... tout de suite... » C'est Ange qui implore le ciel... Le temps passe et les mouvements du navire s'apaisent, le calme revient, le plancher est de nouveau stable... La Grande-Bretagne vient de nous prendre sous son aile!

            Il y a au moins une chose positive dans le mal de mer, on s'en remet très vite. Dès que l'horizon reste à sa place, la nausée s'estompe ne laissant que des jambes flageolantes et une sensation de vide au creux de l'estomac! Explication la fortune rapide des restaurants qui jouxtent les quais...

            Installés devant un copieux petit déjeuner à l'anglaise, Ange et moi récupérons de notre traversée! « Jamais plus! Non jamais plus... » Ange secoue la tête! « Il faudra bien rentrer pourtant! » « Je ne repars pas, je vais me faire naturaliser... » Ange prend un air rêveur: « Pourtant c'est chouette un bateau! J'aime ces bois et ces cuivres bien entretenus... Le confort aussi!».

          Nous nous séparons, Ange va au Pays de Galles, je me dirige vers Aberdeen! Trois année passent. Je n'ai pas revu mon copain corse quand le hasard me conduit sur les quais du port de Paris.

         Je surveille le chargement de ma semi quand une main s'abat sur mon épaule: « Alain! Amicu (mon ami) a ti passi? (tu vas bien?) Ca fait un bout de temps! » C'est Ange qui me salue ainsi! Toujours aussi souriant quoiqu'un peu enveloppé.

         Après les retrouvailles je questionne: « Tu charges ici? » « Oui! Pour Anvers! Mais pas un camion! Allez! laisses là ton bahut, viens prendre le café à la maison... » « A la maison? » « Viens! » Il se dirige vers le quai, s'arrête, me désigne une belle péniche: « Ma maison! ».

         Je monte à bord, le suis dans la nette cabine de pilotage avec sa grande roue de barre. Nous descendons dans une salle à manger impeccable! Tout est net, bois et cuivres reluisent...

          Il me sert un café! Puis explique: « C'est le voyage en Angleterre qui a tout changé! J'ai bien aimé le bateau, sa propreté, son confort! Mais tu comprends le mal de mer... Voyager sur l'eau oui, mais dans le calme... » Il sourit, avale une gorgée de café: « Après tout ça tombe sous le sens... » un silence puis: « Dans le pastis on ne met que de l'eau plate! ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Caro 11/07/2009 23:10

Terrible cette histoire!!! J'adore ce destin qui tourne à 90°, comme quoi tout a un sens...
Moi, j'ai le pied tellement marin que c'est quand je retrouve le plancher des vaches que je suis malade, je m'habitue trop bien au roulis de la mer (démontée ou pas!!!)
Biz du Pays d'Auge
Caro

louis 19/01/2009 20:25

Alain, ta nouvelle brille de 1000 feux "Chez Roger" évidemment, je n'ai pu m'empêcher de mettre une petite vanne. Dis à tes lecteurs que c'est de l'humour, sinon, il vont me lyncher !!!

senioretjournal 19/01/2009 13:07

Bonjour Alain,
Merci pour ce beau récit, qui me permet de dire le bien que je pense des bateliers, leur courage, leur passion pour leur métier, peu rémunérateur. Ange a fait un beau choix en rejoignant cette belle famille de la batellerie, qui pourrait être plus nombreuse si le transport maritime était plus utilisé. Ce transport est économique et bon pour l'environnement.
Douce journée, Alain.
Pensées les plus amicalement choisies
Bernadette

rsylvie 19/01/2009 10:54

beaujour alain.
un p'tit coucou pour te souhaiter
une douce journée à toi
pst... grand changement cette semaine, retour aux sources, je publie tous les jours !!! ouffff ouffff

Laurence 16/01/2009 22:38

Pas facile, quand on a 2 blogs de savoir sur lequel passer...Je vais jeter un oeil à Farfeluseries! Bises