VOUS N'ETES PAS OBLIGES D'Y CROIRE!

Publié le par Alain

saintbrieuc.jpg


L'Ankou


                  C'est dans un collège technique à Dol-de-Bretagne, que l'Assistance Publique m'avait envoyé dans l'espoir de me voir rattraper des études, à vrai dire, mollement poursuivies.
              Le jeune méridional ne connaissait de la Bretagne que ce qu'en disait l'imagerie populaire provençale: les Bretons sont des marins-pêcheurs ''taiseux'', fumeurs de pipe, (à cause du vent de mer!) et les Bretonnes, vêtues de longues robes noires arborent de hautes coiffes blanches. Et ils sont tous extrêmement superstitieux!
              Et tous, heureusement, très différents de leur image et très accueillant envers l'adolescent à l'accent bizarre qui débarquait chez eux! Par contre pour la superstition...
              Le Jeudi voyait les pensionnaires aller, par deux, faire une promenade dans la nature! Au Mont-Dol, petite éminence de quelques dizaines de mètres qui, dans ce pays plat, se donnait des allures de montagne. Là, étaient réunis sur quelques mètres carrés, tous les éléments propres à exciter la crédulité naïve de mes camarades: un petit bois de chênes et de hêtres, un menhir, une grotte dite sacrée, une très ancienne chapelle et un arbre mort foudroyé, d'après la légende, par Satan lui-même!
              Cet arbre mort, un peu éloigné de l'aire de jeux de mes copains et à demi caché par la chapelle, me servait de dossier quand je voulais lire au calme.
              « Ce livre est intéressant? » Je lève les yeux. Celui qui vient de me questionner est un homme grand, vêtu d'un costume traditionnel breton: guêtres, culotte bouffante, gilet court, grande cape noire et chapeau rond. Dans le visage émacié, sévère, un regard noir et scrutateur! « Oui, monsieur! » Les lèvres minces esquissent un sourire: « Tu n'as pas peur de moi? » Non, je n'ai pas peur. Les yeux noirs, en Provence, on est habitué, un regard bleu nous semble plus impressionnant!
               « Veux-tu me rendre un service? » « Si je peux! » « Courir au village et m'en rapporter un paquet de tabac? ». Rentré au collège je relatais ma rencontre. Stupeur mélangée de crainte: « Tu as parlé avec l'Ankou! Le malheur est sur toi! »
               Car pour les Dolois, avec sa cape noire, il était l'Ankou: celui qui, le soir, emporte les trépassés! Symbole d'une peur ancestrale... Au fil du temps cet homme austère et érudit prit l'habitude de venir bavarder avec moi! Il me racontait la Bretagne, son histoire, ses légendes... J'avais plaisir à l'entendre parler de Du Guesclin, de Surcouf, d'Anne de Bretagne mais aussi du Roi Arthur, de la fée Viviane, des elfes et des lutins qui hantent les Monts d'Arée! J'appris ainsi à aimer cette région si différente de la mienne!
               A la fin de l'année scolaire je ratais avec brio mes examens! La vie ''active'' m'attendait. J'allais faire mes adieux à l'Ankou. « N'appréhende pas le chemin à parcourir... Tu trouveras ce que tu cherches... Tu as su m'éco
uter, je vais te faire un cadeau: tant que tu seras en Bretagne, jamais la pluie ne te seras nuisance! » Je le quittai sur ces mots et, hélas, je ne devais plus le revoir!
              Le service militaire me conduisit vers des régions plus chaudes ou soufflait un vent de guerre, puis j'allais travailler chez ''Le Vieux''*. La Bretagne et l'Ankou devenaient des souvenirs... jusqu'au jour ou: « Alain tu files à Carpentras! Chargement de placoplâtre pour Saint-Brieuc! »
              J'arrivai dans la capitale des Côtes du Nord vers seize heures en espérant pouvoir vider le jour même. J'entrai dans la cour de mon client sous une pluie battante.
              « Désolé mon gars, mais le hangar est trop petit! Le clark ne peut travailler que dans la cour, il faut pour ça attendre qu'il ne pleuve plus! » A voir ce que déverse le ciel c'est fichu pour ce soir! Déçu je remonte dans ma cabine... et l'averse se calme, il y a comme une trouée dans les nuages.
             Je débâche, les ouvriers se mettent au boulot, en vingt minutes le camion est vide! Au bureau le chef de quai signe mes papiers, la pluie se remet à tomber: « Vous avez de la chance, on dirait que le ciel s'est calmé pour vous!
» Je ne réponds pas! « ... en Bretagne, jamais la pluie ne te seras nuisance! »
             Il y a parfois des paroles qui reviennen
t des tréfonds de la mémoire! Mais non! Tout cela n'est que coïncidence...
             Le temps passe. J'ai rejoint l'Italie**. Plus d'occasions d'aller chez les Celtes! Il m'arrive parfois de parler du ''bon vieux temps'' avec Paolo!
             « Alain! Paolo! Des planches à prendre chez Acquadro à Andorno Milanèse pour Pinault à Rennes... » Mois de Juillet chaud mais humide. A Rennes il tombe une petite pluie agaçante qui cesse pendant que nous cherchons un restaurant.
             Repas prit en terrasse. Je narre à mon ami l'histoire du dromadaire que les conscrits bretons avaient, en pleine nuit, kidnappé au zoo pour aller l'attacher au poteau ''Taxis, tête de station'' devant la gare pour la grande surprise des premiers voyageurs du matin! L'ondée reprend quand nous avons regagné nos cabines.
            Aux entrepôts Pinault, route de Lorient pas de pluie, la livraison en est simplifiée. L'eau céleste ne se met à choir qu'à notre départ vers un client bordelais.
            Repas du soir au environs de Nantes par un temps splendide! Après les hors-d'oeuvre Paolo me déclare: « Alain, prenderei di vacanz
e in Bretagne soltante se vieni con me! Sei più utili di un impermeabile! » (... je ne prendrai des vacances en Bretagne que si tu es avec moi! Tu es plus utile qu'un imperméable!)


*Voir ''Débuts sur la route''

** Voir ''Milano'

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Caro 28/06/2009 22:36

Cette histoire est digne d'être narrée par les conteurs de l'auberge du Youdig à Brennilis, dans les Monts d'Arrées! J'ai eu le portrait de l'Ankou mais un peu moins sympathique que dans ton histoire...Si un jour, tu as l'occasion, passe donc dans ce coin manger un bon vieux Kig ha farz et te laisser conter les légendes...
Biz du Pays d'Auge
Caro

Loïs de Murphy 02/10/2008 22:02

Enfin connectée et ravie de te relire !

planeth 02/10/2008 07:19

Où es-tu papadeul?

Maky 30/09/2008 20:04

Moi qui croyais être le plus en retard de blog...Je vois qu'il y a pire ;-))
Amitié

rsylvie 29/09/2008 16:43

hou OU
HOU ou....
y a quelqu'un ?
parc'que j'ai sonné à la porte
j'ai frappé aux carreaux !
mais pas
rien n'a bougé.
houHOU OU
t'es OU ?
on s'inquiéte
j'ai fait des crepes
meme mis du nutella
et toi, t'es toujours pas là...
ouHou
HouHou
t'es où ?