MILANO

Publié le par Alain

MONZA.jpg

Une page qui se tourne..

 

                Il était stoppé en pleine nature entre St.Maximin et Tourves. On ne laisse pas un copain, fut-il italien, sur le coté, surtout un vendredi! Il avait un petit ennui stupide sur sa semi, le genre de panne idiote que tu cherches trois jours avant de trouver et qui se répare en cinq minutes quand tu la connais.
               Par chance (pour lui!) j'avais subi ce pépin deux où trois mois auparavant. Donc réparation rapide! Il rentrait chez lui à Milan, moi je me hâtai
lentement pour aller livrer le lundi à Rimini. Nous fîmes donc un bout de chemin ensemble. Nous prîmes notre dîner dans un Pavési prés de Génova
               Paolo maîtrisant mal le français et moi mal l'italien le repas aurait pu être silencieux. Ce fut tout le contraire. Le sabir franco-italien que nous utilisâmes nous fit beaucoup rire. Les camions nous avaient rapprochés, le football,(calcio), en la personne de Sandro Mazzola, un joueur de l'Inter de Milan que nous admirions tous les deux fit presque de nous des frères! Une amitié venait de naître.
               Après le « caffé », cérémonie italienne obligatoire, vint la séparation: Paolo vers la « Tengentiale » et Milano et moi vers Modena et Rimini.
              Je le retrouvai au coin d'un orage à l'entrée d'un relais routier à Chateauroux. Cachée sous son blouson, sa tête heurta la mienne à l'abri sous ma veste: « mio amico!... », « mon collègue! »accolade, tapes dans le dos, rituel d'une rencontre véritablement amicale à l'italienne!
               Devant un copieux petit déjeuner, on parle de tout, du foot, de la route, etc... en torturant nos vocabulaires respectifs (ce qui déclenche des crises de fous-rires incompréhensibles pour nos voisins.) et on parle surtout avec les mains. Mon ami m'apprend qu'il est le seul chauffeur de son père et patron!
               Orage et déjeuner finis le travail reprend ses droits, une solide poignée de main, puis au moment de nous séparer Paolo me dit: « Perché non verrai a lavorare con me? ». (Pourquoi ne viendrais-tu pas travailler avec moi?). Il est déjà dans son camion avant que je puisse répondre. Par la portière il me lance: « pensi! ». (penses-y!). Il est parti.
                Dans les mois qui suivirent, par le jeu des livraisons dans les mêmes pays, des attentes en douanes ou des arrêts dans certains relais, je rencontrais plusieurs fois Paolo, toujours avec le même plaisir partagé. Et à chaque fois la même proposition: « vienni a lavorare con me! ».
                J'avais beau lui expliquer que l'on ne s'exilait pas comme ça, sur un coup de tête, dans un pays, certes agréable, mais dont on ne maîtrisait ni la langue ni les coutumes et que le Vieux était un bon patron....
               Depuis quatre mois rien ne va plus! Le Vieux est malade et son gendre le remplace. Seulement « Monsieur Gendre » n'a pas la carrure du Vieux. Tout marche mal. Il ignore délibèrement les conseils de Papé Blanchot. Chargements stupides (ferrailles en vrac en bâché ou denrées périssables en plateau! au chauffeur de se dem.... pour éviter les dégâts.), kilomètres à vide inutiles et surtout retours à la maison devenus aléatoires, ce que certains copains ayant famille apprécient peu!
             Ce samedi au bureau l'atmosphère est tendue. Je viens d'apprendre que Papé Blanchot a donné sa démission et que Martini, qui n'était pas rentré depuis quinze jours, avait été absent pour la naissance de son premier petit-fils.
             Quand à moi voilà trois week-end que je n'étais pas revenu à la boite! Tout mon linge est sale, ma cabine en piteux état, je ne vaux pas mieux! Je remets mes documents à Mademoiselle Pingeon quand Monsieur Gendre m'interpelle: « Vous! Vous irez livrer cet après-midi à Marseille! » La réponse est nette: « Non, le bahut n'est pas en état et moi non plus! » « C'est moi qui vous paye, vous ferez ce que je vous dit! »
              Sur le pas de la porte Martini s'arrête, stupéfait. Jamais le Vieux n'aurait parlé ainsi à un chauffeur. Je ne réagis pas. Plus je suis en colère, plus je reste calme. Je n'explose que pour des bêtises.... Je sors, traverse la rue,entre au petit café de Gégé.
             Téléphone en Italie: « Pronto, vorrei parlare con Paolo! Ciao mio amico! Lei sempre mancanza che io lavorero con lei? » (.... tu veux toujours que j'aille travailler avec toi?) « Certamente! arrivi del che lei vuole. » (Arrive quand tu veux.).
              Au retour Martini m'arrête: « Tu nous quittes? » « Oui, et tu devrais en faire autant! » Il me sourit: « J'ai débuté avec le Vieux après la guerre! On a bouffé pas mal de vache enragée tous les deux... » J'ai compris. Tant que le Vieux sera vivant Martini restera: c'est son honneur à lui!
              Ignorant Monsieur Gendre furieux, je règle mon départ avec Melle Pingeon. Je fais un tour dans la cour. Au revoir aux amis avec une grosse boule dans la gorge! Henri et Double-mètre ont décidés de rejoindre la Flèche Cavaillonnaise. Nous nous reverrons au hasard de la route! Un dernier regard à mon camion!... Adieu mon collègue!
              En une semaine tout est en ordre! Le jeudi j'entasse mes affaires dans ma vieille ''Dauphine''... Cavaillon s'éloigne... Italie me voici!

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Caro 28/06/2009 20:11

J'imagine que tu as eu un sacré pincement au coeur quand on sait que tu as fait un bon bout de chemin avec le vieux et qu'un blanc-bec qui pète plus haut que son cul n'a pas su faire la liaison... mais visiblement, tu es quelqu'un qui ne va pas tourner autour du pot pendant deux plombes!!! Comme quoi, les rencontres que l'on fait sur la route sont quelques fois salvatrices!
Biz du Pays d'Auge
Caro

Loïs de Murphy 29/01/2008 15:00

Dis donc le routard sympa ? Quoi que tu fiches ?

Profette 29/01/2008 06:38

Et... on pourrait avoir la suite, siouplait, M'sieur ? :0004:

Naturella 26/01/2008 22:52

Tes histoires me font toujours une émotion spéciale, tu sais, j'ai plaisir à te lire même si les choses n'ont pas dû être faciles pour toi.
Amitiés, Naturella

planeth 26/01/2008 14:45

Vi moi aussi j'aimerais bien connaître la suite! Comment on fait pour partir comme ça sur un coup de fil! Ou alors tu étais suffisamment jeune pour être suffisamment inconscient? ;0)
Je dis ça parce que pour ma part, ces départs intempestifs pour ailleurs, ça s'est un peu calmé vers 27-28 ans, mais je reconnais que j'adorais ça.

La suiiiite!!